Le Bingo

Le bingo est un jeu très proche de la loterie que nous connaissons tous, celle qui se joue dans les salles municipales et qui regroupe souvent quelques personnes venues chercher là l’occasion de remporter le traditionnel panier garni. Ces similitudes que le bingo présente avec la loterie sont la raison pour laquelle il est difficile de remonter aux origines du jeu, lequel est pratiqué depuis des siècles aux quatre coins du monde. Il est probablement né en Italie au XVIe siècle, dans les villages ou sur les marchés, sous le nom “Lo giuoco de lotto”. On retrouve d’ailleurs dans le nom italien le loto qui est resté depuis. D’abord réservé à la classe populaire, le bingo s’embourgeoise au XVIIe siècle, en Allemagne et en France.
A l’époque, il ne porte pas son nom actuel puisque celui-ci lui est donné en 1929 par un vendeur de jouets américain, Edwin Lowe. Ce dernier a invité quelques amis chez lui pour jouer au Beano selon les mêmes règles que le lot. A la fin de la partie, ayant rempli sa grille, l’une de ses amies s’écrie “Bingo !” au lieu de “Beano !”. Lowe est conquis. Pour parfaire encore le jeu, il a recours à un mathématicien, Carl Leffler. Ce dernier crée une multitude de grilles, six mille en tout. La légende veut même qu’il y ait perdu la raison, Lowe montrant quelques signes d’impatience et exerçant une certaine pression sur lui.
Considéré comme un jeu de société avant que d’être perçu comme un jeu d’argent, le bingo se joue avec des cartes présentant des suites de nombres. Ceux-ci surgissent au hasard, issus du tirage effectué par un ordinateur, par une machine à boules ou par des boules numérotées tirées d’un sac. Les nombres sont annoncés à l’assemblée par un “bingo caller”. Les joueurs notent ces nombres sur leurs cartes ou bien les perforent ou encore posent un objet à leur emplacement. La partie est remportée par le joueur qui complète le premier sa carte, à condition toutefois qu’il ait réalisé, par ses marquages, le motif exigé en début de partie, c’est-à-dire une ligne horizontale, verticale ou diagonale. Dans certains cas, le motif demandé peut être plus complexe. Autre condition pour remporter le jeu : la nécessité de s’exclamer “Bingo !”, une fois le carton rempli. Un employé du casino se charge alors de procéder à la vérification du carton. Dans certains cas, le joueur peut également s’exclamer “quine !” lorsqu’il a rempli une ligne ou “carton plein” si l’ensemble des nombres de sa grille est coché.
Les lots mis en jeu sont divers. Il peut s’agir d’argent, de voyages ou d’autres prix, qui sont équitablement répartis lorsque plusieurs gagnants sont désignés.
Comme le vidéo poker, le bingo a connu un bel essor sur la toile. Il faut sans doute voir dans ce succès le reflet d’une popularité depuis longtemps acquise.