Le Keno

C’est une histoire extraordinaire que celle du Keno, liée à celle d’un pays : la Chine. Car c’est là-bas qu’est né le jeu il y a plus de deux mille ans, sous la dynastie des Han. Un général bien connu, Cheung Leung, en proie à des difficultés économiques qui l’empêchaient non seulement de financer son armée mais également de bâtir une muraille qui protégerait son peuple de l’ennemi, eut l’idée, plutôt que d’augmenter les impôts, de créer un jeu.
Dans la Chine des environs de 200 avant J.-C., les enfants apprenaient à lire grâce à un poème. Celui-ci, titré Qianziwen ou Classique des mille caractères, présentait, ainsi que son nom l’indique mille caractères chinois, répartis sur deux cents cinquante vers.
Cheung Leung décida d’utiliser les cent vingt premiers caractères du texte. Ceux-ci étaient répartis sur une grille. Les joueurs misaient sur certains de ces caractères et un tirage au sort était effectué pour déterminer la combinaison gagnante.
Soumis à des taxations, le Keno permit à Cheung Leung d’atteindre son objectif. Les fonds furent réinvestis dans l’armée et dans des constructions de grande ampleur, au premier rang desquelles la grande muraille de Chine. Rapidement, le jeu se répandit dans toute l’Asie. Il gagna les Etats-Unis puis l’Europe à la faveur de l’immigration chinoise au XIXe siècle.
Tel que nous le connaissons aujourd’hui, le Keno a subi quelques mutations. Des nombres se sont substitués aux caractères chinois, incompréhensibles pour un public occidental. De cent vingt, ils sont passés à quatre-vingt. Sur ces quatre-vingt chiffres, seuls vingt sont tirés au sort. Il s’agit donc de déterminer quels seront les nombres qui surgiront de ce tirage. Les choix des joueurs sont cochés sur leurs grilles. Si vingt boules sont tirées au sort, seuls quinze nombres peuvent être cochés sur les grilles. Ceux qui ont misé sur des numéros gagnants reçoivent un gain qui est fonction du nombre de numéros choisis et tirés au sort.
Il existe plusieurs possibilités de mises : sur les numéros gagnants voire sur le tout gagnant (c’est-à-dire que tous les numéros cochés devront sortir pour qu’un gain soit envisageable). On peut également faire une mise “contre”, ce qui revient à miser sur les numéros qui ne sortiront pas au cours du tirage. Enfin, miser supérieur ou inférieur signifie déterminer si les chiffres tirés seront plutôt situés dans la partie supérieure ou dans la partie inférieure de la grille.
La simplicité du jeu et les chances relativement importantes de toucher un peu d’argent sont les causes d’un succès constant. Le Keno est également l’un des jeux en ligne les plus appréciés.